Prix ambassadeur pour les sciences

 

 
 Dr. Stephen Lougheed 2017
Le professeur Stephen Lougheed enseigne au Département de biologie de l’Université Queen’s, où il dirige également la station de biologie QUBS (Queen’s University Biology Station). Ses travaux de recherche portent sur l’effet qu’ont des facteurs biotiques et abiotiques sur la structure génétique et la capacité d’adaptation des populations animales. Le professeur Lougheed cherche également à sensibiliser le public à l’importance des sciences au Canada et dans le monde, ce qu’illustrent bien les relations qu’il a établies avec le public au cours de ses nombreuses visites en Chine et ailleurs à l’étranger. Exemple éloquent, le prof. Lougheed a dirigé un ambitieux camp environnemental d’une semaine, organisé par le QUSB pour plus de 50 jeunes de Beijing. Son dévouement à l’égard de la préservation de la biodiversité canadienne lui a valu diverses bourses, comme une récente subvention de 9,2 millions de dollars provenant de Génome Canada et d’autres partenaires et visant l’étude de l’effet des changements climatiques sur les ours polaires au moyen d’une trousse innovatrice et non effractive basée sur l’analyse de biomarqueurs fécaux. Parmi les autres grandes réalisations du professeur Lougheed se trouve notamment la création du Centre d’éducation environnementale Elbow Lake, rendue possible grâce à un partenariat avec Conservation de la nature Canada. Ce centre unique comprend 400 hectares de forêt protégée ainsi qu’un lac privé, qui en font un endroit idéal pour sensibiliser les gens et leur en apprendre plus sur la biodiversité. Le Centre accueille également diverses activités, comme des camps écoaventure pour les jeunes de 10 à 14 ans, et des programmes visant l’acquisition d’expérience sur le terrain.  
 Dr. William A. Montevecchi  2016
Professeur de recherche à l’Université Memorial de Terre-Neuve, William Montevecchi dirige un programme interdisciplinaire d’écologie comportementale axé sur les oiseaux marins qui étudie leurs réactions aux changements et aux perturbations de l’environnement. Si ces créatures olympiennes font l’objet d’études, c’est parce qu’elles sont les premières à ressentir l’effet des changements et des dégradations de l’environnement. Ce sont ses étudiants qui orientent les activités de recherche. La microtechnologie offre aujourd’hui des outils pour relever des défis autrefois insurmontables. En suivant les déplacements de ces oiseaux marins, il est possible de cibler les points névralgiques pour plusieurs espèces et ainsi mieux comprendre la vulnérabilité et la résilience de leur habitat. L’équipe de M. Montevecchi se fait la messagère de l’état des océans et utilise les oiseaux marins pour entamer des discussions publiques, échanger des renseignements et promouvoir des initiatives de préservation. M. Montevecchi reçoit du financement du CRSNG, du MPO, du SCF, et de l’USFWS.
 Dr. Brock Fenton
Le biologiste M. B. (Brock) Fenton étudie les chauves-souris. Il est professeur émérite au Département de biologie de l’Université Western, où il enseigne et mène ses recherches. La fascination du public pour ces mammifères a permis à Fenton de démontrer comment des recherches fondamentales sur les animaux peuvent faire avancer les connaissances. Les aspects techniques des aptitudes des chauves‑souris, comme leur capacité à « voir » grâce aux sons, illustrent clairement tout ce que nous pouvons apprendre de ces animaux. Autre exemple : l’élucidation du mécanisme d’interruption de la coagulation sanguine employé par les chauves-souris vampires pourrait mener à des percées médicales.

 Professor Jeremy McNeil  2014
Jeremy McNeil a obtenu un baccalauréat en zoologie à l’Université Western en 1969 et un doctorat en entomologie à l’Université d’État de la Caroline du Nord en 1972. Avant de se joindre à l’Université Western en 2004, il avait été professeur à l’Université Laval pendant 30 ans. Concentrant ses recherches sur l’écologie chimique, le Dr McNeil a rédigé plus de 200 articles et a formé plus de 40 étudiants des cycles supérieurs et stagiaires postdoctoraux. Plusieurs prix nationaux et internationaux lui ont été remis pour ses recherches, notamment la médaille d’or de la Société d’entomologie du Canada, la médaille Fry de la Société canadienne de zoologie, un prix Humboldt et la médaille d’argent de l’International Society of Chemical Ecology. De plus, il est Membre de la Société royale du Canada et agit actuellement à titre de secrétaire aux affaires étrangères. Depuis plus de trois décennies, le professeur McNeil est également actif sur le plan des activités de sensibilisation à la science, donnant régulièrement des présentations dans des écoles, des bibliothèques et devant des organisations de protection de la nature. Plusieurs prix régionaux et nationaux lui ont d’ailleurs été remis pour ces activités.  
 Dr. John Smol  2013
John P. Smol, MSRC, est professeur de biologie à l’Université Queen’s de Kingston, en Ontario (nommé conjointement à la School of Environmental Studies), où il dirige par ailleurs la chaire de recherche du Canada sur les changements environnementaux. M. Smol est le fondateur et codirecteur de l’initiative PEARL (Paleoecological Environmental Assessment and Research Lab), qui regroupe plus d’une trentaine d’étudiants et d’autres scientifiques s’intéressant à la dégradation à long terme de l’environnement à l’échelle mondiale, particulièrement en ce qui concerne les écosystèmes des lacs. Figurant parmi les auteurs les plus cités selon l’ISI, M. Smol a signé plus de 450 articles et dossiers scientifiques depuis 1980, en plus de la publication de 19 ouvrages. La majeure partie de ses recherches portent sur les répercussions des changements climatiques, de l’acidification, de l’eutrophisation, du transfert de contaminants et d’autres facteurs agressifs du milieu. Premier rédacteur en chef de la revue d’envergure internationale Journal of Paleolimnology (de 1987 à 2007), il agit actuellement à titre de rédacteur en chef de la revue Environmental Reviews. Depuis 1990, il a reçu plus de quarante-cinq prix et bourses pour la recherche et l’enseignement, notamment la Médaille d’or Gerhard-Herzberg 2004 du CRSNG à titre de meilleur scientifique ou ingénieur au Canada, ainsi que le prix Découverte du premier ministre de l’Ontario en sciences de la vie et en médecine, soit la plus importante distinction de la province dans le domaine de la recherche. M. Smol s’est vu remettre neuf distinctions pour ses activités d’enseignement et de mentorat, y compris la Reconnaissance nationale 3M pour l’excellence en enseignement, que d’aucuns considèrent comme la distinction la plus élevée au Canada dans le domaine de l’enseignement. Récemment, il a été choisi meilleur mentor scientifique de mi-carrière au Canada par le magazine Nature, au terme d’une sélection à l’échelle nationale.