Prix ambassadeur pour les technologies

 

 
 Dr. Audrey Girouard’s  2017
Mme Audrey Girouard s’intéresse aux futures générations d’interfaces utilisateurs; ses travaux sont reconnus internationalement comme étant à l’avant-garde dans le domaine des interactions entre humains et ordinateurs. Elle se concentre actuellement sur les écrans flexibles et sur les interfaces utilisateurs pouvant être déformées, de même qu’à la manière dont les gens vont interagir avec ces écrans selon leur travail, leurs loisirs et leur état de santé. Mme Girouard détient une maîtrise et un doctorat en informatique de l’Université Tufts. Elle est professeure permanente à l’École des technologies de l’information de l’Université Carleton en plus d’enseigner à l’École des sciences informatiques. Elle a un site Web, Creative Interactions, dans lequel elle publie les travaux de recherche de ses étudiants, qu’elle accompagne de vidéos qu’elle a créées. Elle rejoint également le grand public au moyen de médias comme YouTube, où ses vidéos sur le PaperPhone et le Snaplet ont été visionnées respectivement plus de deux millions de fois et 160 000 fois. Première femme dans le corps enseignant de l’École des technologies de l’information de l’Université Carleton (CSIT), elle s’efforce de promouvoir activement la place des femmes dans ce domaine à prédominance masculine. Mme Girouard participe également à des activités concrètes d’éducation auprès des jeunes; elle a à deux reprises été mentore pour le camp d’été Virtual Ventures, encourageant les jeunes et les conseillant sur leurs projets.  
 Dr. David P. Wilkinson  2016
Le professeur David Wilkinson est titulaire d’un baccalauréat ès sciences appliquées en génie chimique de l’Université de la Colombie-Britannique et d’un doctorat en chimie de l’Université d’Ottawa. Ce chercheur canadien de calibre international a grandement contribué aux domaines de l’électrochimie, du génie électrochimique et de l’énergie propre grâce à des travaux variés portant autant sur les sciences fondamentales des matériaux et la catalyse que sur la conception et les opérations techniques. Il compte parmi les chercheurs les plus cités dans son domaine dans le monde et est un grand innovateur, ayant plus de 75 brevets américains à son actif. Avant de rejoindre les rangs de l’Université de la Colombie-Britannique en tant que titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 1, M. Wilkinson a joué un rôle de premier plan dans la commercialisation de la toute première pile AA au lithium rechargeable par Moli Energy, ainsi que de la première pile à combustible à membrane échangeuse de protons par Ballard Power Systems. Il a contribué à faire du Canada un chef de file dans le domaine des piles à combustible et a d’ailleurs reçu plusieurs prix nationaux et internationaux ainsi que des bourses de recherche soulignant ses réalisations.

 

 Dr. Clément Gosselin  2015
Les travaux de recherche de Clément Gosselin dans le domaine des robots parallèles, des mains robotiques et de l’interaction humain-robot ont fait l’objet de nombreuses conférences et présentations. Son travail est largement reconnu dans la communauté internationale. Il a développé plusieurs prototypes de systèmes robotiques novateurs dont certains ont été adoptés par l’industrie. Il a reçu de nombreux prix prestigieux, notamment le ASME Mechanisms and Robotics Award et le ASME Machine Design Award. Il a été nommé Officier de l’Ordre du Canada pour l’impact de sa recherche et il est également fellow de l’ASME et de l’IEEE.
 Alex Ferworn  2014
Le Dr Ferworn est professeur d’informatique à la faculté des sciences de l’Université Ryerson. Il combine les postes de président associé et de directeur des programmes d’études supérieures au sein de son département et d’agent de liaison entre la Chang School of Continuing Education et les facultés des sciences, de génie et des sciences de l’architecture de son université. Il assume également le rôle de coordonnateur des études pour un certain nombre de programmes de certificats, notamment en gestion des catastrophes et des urgences.

 

Le professeur Ferworn a un vaste éventail d’intérêts de recherche relatifs à la sécurité publique computationnelle, laquelle est inévitablement liée aux chiens ou aux robots fouillant des décombres. Collaborant considérablement avec des équipes de recherche et sauvetage en milieu urbain au Canada et aux États-Unis, il cherche à répondre aux besoins des premiers intervenants qui travaillent dans des conditions difficiles. Ses travaux primés ont été hautement médiatisés. Enfin, en 2013, il a été sacré champion canadien du EURAXESS Science Slam pour son aptitude à communiquer au grand public des idées complexes de façon claire et convaincante.

 

 
 Dr. Ronald Deibert  2013
Ron Deibert, (Ordre de l’Ontario, Ph.D., Université de la Colombie-Britannique) est professeur de science politique et directeur du Centre canadien des études sur la sécurité mondiale, ainsi que de l’initiative Citizen Lab de l’École Munk des affaires internationales, rattachée à l’Université de Toronto. L’initiative Citizen Lab se veut un véritable terreau pour la recherche et le développement interdisciplinaires, dont les intérêts sont situés au carrefour de l’Internet, de la sécurité mondiale et des droits de la personne. M. Deibert est cofondateur et chercheur principal de l’initiative « OpenNet » et du projet « Information Warfare Monitor » (de 2003 à 2012).

 

Cofondateur et ancien v.-p. de l’initiative de sensibilisation et de politique mondiale « Psiphon », M. Deibert a aussi publié de nombreux articles, dossiers et ouvrages sur divers enjeux touchant la technologie, les médias et les politiques internationales. Il faisait partie des auteurs du rapport Tracking Ghostnet sur les prétendus réseaux de cyberespionnage touchant 1200 ordinateurs dans 103 pays, ainsi que du rapport Shadows in the Cloud, qui portait sur un réseau d’espionnage par infonuagique. En outre, M. Deibert est codirecteur de trois ouvrages importants publiés par les éditions MIT Press, soit Access Denied: The practice and policy of Internet Filtering (2008), Access Controlled: The shaping of power, rights, and rule in cyberspace (2010) et Access Contested: Security, Identity, and Resistance in Asian Cyberspace (2011). Il a aussi signé le livre Parchment, Printing, and Hypermedia: Communications in World Order Transformation (New York, Columbia University Press, 1997), et signe un autre ouvrage à paraître sous le titre Black Code: Inside the Battle for Cyberspace (à paraître, McClelland & Stewart/Random House, 2013).

Conseiller et expert-conseil auprès de divers gouvernements, organismes internationaux, ONG ou instances de la société civile sur des questions de cybersécurité, de crimes cybernétiques, de liberté d’expression en ligne et d’accès à l’information, il participe actuellement au comité de rédaction des revues International Political Sociology, Security Dialogue, Explorations in Media Ecology, Review of Policy Research et Astropolitics.Deibert fait également partie du comité consultatif de l’initiative « Access Now » et de l’organisme Privacy International, et siège au conseil d’administration de l’organisme Lake Ontario Waterkeeper.

Ron Deibert a reçu le Prix pour l’excellence en enseignement de l’Université de Toronto (2002), le Prix Northrop-Frye pour l’excellence en enseignement et en recherche (2002) ainsi que le Prix Carolyn-Tuohy de politiques publiques (2010). Il a également été chercheur-boursier de la Fondation Ford dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (de 2002 à 2004). Nommé au palmarès 2007 des personnes les plus brillantes et talentueuses du magazine Esquire, il figurait en outre parmi les sommités en sécurité informatique sélectionnées par la publication SC Magazine, en 2010. M. Deibert a été fait membre de l’Ordre de l’Ontario en 2013, alors qu’il a été reconnu « parmi les premiers à avoir reconnu les menaces croissantes envers les droits, l’ouverture et la sécurité des communications et à avoir pris des mesures afin de les atténuer ».